L’hôtellerie-restauration et le tourisme

Lhôtellerie restauration et le tourisme

1. Aperçu structurel

En 2014, le secteur de l’hôtellerie-restauration se compose de 23 entreprises patentées, dont 6 hôtels ou hôtels-restaurants, 2 structures d’hébergement de type « gîtes » et 15 entreprises de restauration (traditionnelle, snack ou plats à emporter).


L’effectif employé demeure faible, avec 21 personnes déclarées auprès de la CPSWF, soit 0,8 % du nombre global de salariés du Territoire. La mobilisation de concours bancaires par ces entreprises est faible avec un encours total pour le secteur de 18,6 millions de F CFP au 31 décembre 2014 (1,3 % des encours déclarés).

2. Le tourisme

Contrairement aux régions voisines (Îles Fidji, Vanuatu, Îles Cook, etc.), le tourisme demeure une activité marginale à Wallis-et-Futuna, très peu développée malgré l’attractivité existante : îlots, lagon, plages, culture traditionnelle, lacs de cratères etc. L’isolement du Territoire constitue le principal frein au développement de ce secteur. Ainsi, le coût élevé des billets d’avion et la faible offre hôtelière ne rendent pas l’archipel compétitif vis-à-vis des autres destinations du Pacifique. Une promotion des attraits touristiques du Territoire à l’extérieur pourrait contribuer au développement du secteur. Le passage à proximité des îles de navires de croisière n’est par ailleurs pas exploité.


Plusieurs projets de développement de l’activité touristique sur l’archipel sont à l’étude. La Chambre de commerce et d’industrie de Nouvelle-Calédonie (CCINC), dans le cadre de l’Accord particulier entre l’État, la Nouvelle-Calédonie et le Territoire, apporte son appui technique à la CCIMA pour le montage d’un projet d’éco-tourisme chez l’habitant. À cet effet, un recensement de l’ensemble des activités liées au tourisme sur le Territoire a été réalisé en 2013. Le projet est toujours à l’étude en 2014.